Vers une éthique de l’accueil et l’animation à l’atelier ?

Tentative de formulation d’une éthique d’accueil et d’animation

La tâche d’une personne en charge de l’accueil et de l’animation ne consiste pas à transférer du savoir, mais à créer la possibilité de production ou de construction de ce savoir.
L’objectif est de favoriser le développement de l’autonomie et l’émancipation des personnes (dans le sens « savoir agir », « vouloir agir » et « pouvoir d’agir »), dans une perspective plus large de transformation sociale de la société à l’ère numérique.

Dans cette perspective, voici un inventaire “à la Prévert” d’actions concrètes et attitudes à adopter au quotidien dans l’accueil et l’animation d’un lieu :

  • Mettre la personne « en situation », se positionner « à ses côtés » pour l’accompagner, la suivre, la guider si elle le souhaite, plutôt que de « faire à la place de ».
  • Quand cela est possible, favoriser l’apprentissage et l’entraide entre pairs.
  • Accueillir, écouter et questionner la personne avec bienveillance plutôt que d’anticiper ses besoins et lui donner nos propres réponses. Stimuler sa curiosité et lui donner le pouvoir de développer sa capacité de réfléchir et d’agir par elle-même (« apprendre à pécher plutôt que de donner le poisson »)
  • Encourager et mettre en œuvre des attitudes, processus et pratiques réflexives, critiques (documentation, carnet de bord, analyse de pratique, recherche-action, démarche « SOTL »1…) associées à la production et au partage de ressources ouvertes.
  • Cultiver ses capacités de métacognition (réflexion sur l’action)
  • Faire évoluer l’aménagement du lieu vers toujours plus d’accessibilité, d’ergonomie des usages et des outils :
    pour améliorer l’accès aux personnes en situation de handicap
    pour faciliter la documentation des pratiques
  • Mettre en œuvre un panel d’activités informelles à plus formelles au sein desquelles chaque personne a la possibilité de construire, réaliser et analyser son propre parcours d’apprentissage.
  • Adapter sa stratégie, ses méthodes, ses outils pédagogiques aux besoins exprimés par les publics / personnes concernées
  • Participer à la construction d’écosystèmes ouverts de reconnaissance des apprentissages (capacités, expériences, engagements, talents) qui visent à renforcer et outiller des démarches citoyennes, d’entraide, de coopération et d’insertion socio-professionnelle. Utiliser et contribuer au développement d’outils et d’architectures ouvert·es (comme le standard « openbadges » par exemple).
  • Développer une conscience critique de son “pouvoir” en tant que personne “référente”, “repère” au sein du lieu. S’inspirer, sur ce point des niveaux de conscience chez Paulo Freire.
  • Se former tout au long de sa vie dans sa pratique d’animation (formation éthique et formation technique / scientifique). Mettre sa démarche réflexive en mouvement (la développer, la questionner, la critiquer, l’approfondir)
Articles en relation
Categories