Retour sur l’OPENatelier (s)low tech du 26 février 2015

À l’OPENatelier jeudi, c’était spécial (s)lowtech ! Une belle brochette d’objets, aux dimensions plus ou moins conséquentes, ont ainsi valsé entre les mains expertes des participants, le nez aiguisé des bricoleurs et les yeux affûtés des aficionados de l’électronique. Le résultat, c’est encore une fois un festival de réparations et de détournements !

DSCF8539


Et c’est d’abord autour d’une grosse télé que les premiers participants ont entamé les festivités. C’est Laël qui l’a apporté; une télé Daewo de 2008 qui ne fonctionne plus très bien. Armés de tournevis, Laël, Michel, Pascal, Thibault et Charlie s’attellent au démontage de la bête pour tenter de diagnostiquer la provenance du problème.

DSCF8509

Et c’est au nez que le premier indice de panne est repéré par Pascal ! Son odorat affûté aura en effet permis de repérer un condensateur chimique qui aurait trop chauffé, et dégagerait ainsi une odeur particulière plutôt « acide ». L’équipe procède donc au remplacement du composant, mais ce premier essai n’est pas fructueux… la panne persiste ! Et les recherches reprennent…

DSCF8514

Pendant ce temps là, Blaise est arrivé pour découvrir les OPENateliers, et ça tombe bien pour lui que celui du jour soit placé sous le signe de la réparation, puisqu’il en a une à faire sur sa moto ! Après quelques échanges et le repérage de l’emplacement des clés à molettes, Blaise s’attelle donc à la tâche.

C’est du côté du système de freinage avant que ça se passe, puisque celui-ci est capricieux. Ce n’est pas la première fois qu’il a un problème avec cette Suzuki de 1997 achetée d’occasion à un particulier, et à défaut d’avoir pu faire jouer « le vice caché » auprès de l’assurance, il essaye de voir d’où vient précisément le problème. Il entame donc une vidange du circuit et récupère précieusement le liquide de frein pour pouvoir le réinjecter, à défaut de pouvoir « perfuser » la moto avec du liquide neuf.

DSCF8527

Il semblerait finalement que le circuit soit bouché (partiellement?) quelque part entre la poignet de frein et le frein… Le problème n’aurait donc pu être résolu cette après-midi, malgré la patience et la persistance de Blaise.

Pendant l’OPENatelier, il a par ailleurs fait la rencontre de Julien M., lui aussi passionné de moto. Ce n’est pas le seul de leur point commun puisqu’en visitant Plateforme C à son arrivée, Blaise avait bien repéré la borne d’arcade de Julien, un des « trésors » curieux qui squatte Plateforme C en attendant son heure de bidouillage et/ou de détournement. Aussi, ils ont pas mal échangé, notamment au sujet de la réparation et du détournement de bornes d’arcade et de la création de jeux vidéos. Julien lui a t-il parlé de celui crée pendant le summerlab 2014 avec Hervé?
Mystère…

DSCF8554

Un autre mystère de l’après-midi, c’est le téléphone mobile nokia modèle « paquebot », dont le design pour le moins…robuste et les « dimensions pachydermiques« , ont tout de suite charmé Thomas. Ce n’est pas la carte « itineris », ni l’aspect extérieur -impeccable- de ce cellulaire des années 90 qui lui ont pourtant donné des indices sur son état de fonctionnement. L’alimentation du téléphone manque par ailleurs à l’appel…

DSCF8533

Mais -par chance-, sur la table (s)lowtech dressée pour l’occasion, Thomas a déniché une cellule voltaïque adaptée à ce téléphone « transportable » pour pouvoir l’alimenter…grâce à l’énergie solaire ! Nom de Zeus, oui, vraiment, une cellule voltaïque pour alimenter un téléphone portable grâce à l’énergie solaire.

DSCF8534

Le bémol, c’est qu’exceptionnellement, il n’a pas vraiment fait beau temps jeudi. Le manque de luminosité n’a pas pu permettre à Thomas de vérifier si la cellule fonctionne, et par conséquent, si le téléphone « vintage » peut être rechargé. La suite au prochain épisode !

Le soleil était aussi un sujet de préoccupation pour Anne-Cécile, Gaëlle et Flavie, qui venaient à l’OPENatelier amorcer leur projet « Reflectomate ». Mêlant détournement, lowtech et agriculture urbaine, cette équipe féminine va fabriquer une jardinière, le « Reflectomate », pour cultiver des plantes dans une cour d’immeuble assez sombre, grâce à un système de réflecteurs pour apporter la lumière nécessaire.
Pour cela, elles ont ramené à Plateforme C les matériaux dont elles ont besoin pour construire leur prototype, en mode récup’ et bidouille, à savoir :
– un bidon récupéré dans un garage automobile,
– deux paraboles,
– quelques tubes.
Elles ont affiné leur plan d’action et repéré les outils disponibles à Plateforme C pour mettre en œuvre les différentes étapes de leur projet. La semaine prochaine, elles découperont leur bidon métallique pour l’ouvrir et commencer à assembler les différents éléments. Objectif, avoir un prototype à présenter le 12 mars dans le cadre d’un appel à projet de La Fonderie en Île de France.

DSCF8545

En mode (s)lowtech également, un nouveau grille pain a pu bénéficier d’un diagnostic et d’une réparation, avec la bienveillance de Charlotte, Frédéric, Michel et Jean-Pierre.
La panne, elle est identifiée rapidement… il s’agit d’un bout de pain de mie « malicieux » qui s’est littéralement carbonisé la croûte sur une partie métallique du circuit du grille pain, celle là même qui sert à assurer la continuité électrique dans le circuit. L’intru a donc rendu le circuit discontinu, et l’appareil dysfonctionnel !
Il s’agit donc pour les bidouilleurs de recréer de la continuité dans le circuit…mais ce n’est pas simple, puisqu’il faut trouver une technique pour rejoindre les deux bouts de fils rompus sans recourir à la soudure, car la chaleur la ferait fondre à chaque fois.
Frédéric, qui a plus d’un tour dans son sac, tente un tressage astucieux des fils pour résoudre le problème. Et après de nombreux tests non concluants de remontage, la conclusion de cette épopée du petit déjeuner est heureuse ! Grâce à l’acharnement de Frédéric, la panne est réparée, Charlotte pourra manger de nouveau de la brioche grillée ! Bravo Frédéric !

DSCF8588

Au passage, c’est l’occasion pour Frédéric de partager une info utile aux utilisateurs de grille-pain défaillants. La panne peut notamment venir :
– des miettes qui encrassent l’aimant qui bloque le grille-pain en bas. Il faut alors démonter et nettoyer cet aimant car sinon le circuit électrique n’est pas fermé et le grille-pain, de fait, ne fonctionne pas.
– les contacteurs peuvent être charbonnés (noircis) et idem, pas de circuit électrique fermé. Il faut donc dans ce cas les poncer avec beaucoup de précaution pour enlever la partie noircie.

En parallèle de cette réparation mémorable, Nicolas P. s’est quant à lui amusé à détourner un ventilateur d’ordinateur pour faire voltiger des balles de ping pong ou un petit montage sympathique en papier ! La recette de ce tour de magie est composée du matériel suivant :
– une bouteille en plastique
– une balle de ping pong
– du scotch
– une alimentation

Et pour mettre en place ce dispositif aérien, il suffit de :
– couper la bouteille de plastique au milieu
– la scotcher au ventilateur
– mettre en place l’alimentation
– et monter la tension jusqu’à ce que la balle lévite !

Et devant vos yeux ébahis, voici, mesdames et messieurs, un petit aperçu du résultat en vidéos !

video platform video management video solutions video player

video platform video management video solutions video player

De l’autre côté du fablab, Philippe a continué la réparation de l’imprimante 3D Prusa ! Ce jeudi, il a ainsi fini de remonter les éléments, et le résultat est « pas mal »à son goût. « Trop impatient de mettre l’imprimante sous tension », il a mis le changement d’alimentation en suspend. Et on peut lui dire bravo, parce que tout semble opérationnel, les 3 axes de déplacement, l’extrudeur (même s’il patine encore un peu), et la buse chauffe ! Il reste cependant quelques réglages à faire, réglages qui constitueront le menu « live » de Philippe pour la première sortie de la Prusa depuis longtemps, samedi à Bouguenais !

DSCF8507

En parallèle, Baptiste était de passage avec Marc, qui profitait de l’occasion pour découvrir Plateforme C et le travail de Baptiste sur Robokite . (s)lowtech oblige, ils ont essayé de réparer l’axe de la roue arrière du vélo de Marc. Ils ont réussi à le redresser, mais en le revissant, il y avait un peu de jeu. Ils ont donc essayé de le serrer à fond, mais pas de chance, l’axe s’est cassé. Oups !

Et sinon, ils ont profité aussi de l’OPENatelier pour réinstaller Robokite et faire des tests sur les moteurs. Résultat, pas de problème pour tirer 10 kilos de bonbonne d’eau avec les visseuses dévisseuses légendaires du montage de Baptiste. A ce poids, ils arrivent à monter les bonbonnes de « 2m en 8s, soit 25W »! Une belle prouesse qui leur a donné l’envie de tester aussi le fonctionnement du système de largage « en cas d’urgence » du cerf volant, simulé à Plateforme C, à l’aide des bonbonnes d’eau suspendues. Résultat, un largage réussi donnant lieu à un sursaut de certains membres de l’auditoire, en réaction au petit « boom » de la chute des bonbonnes…

Dans l’empressement, aucune photo de ce moment spectaculaire n’a pu être prise. Par contre, non loin de là, Michel était en train d’inaugurer la nouvelle station de dessoudage de Plateforme C, et on a pu immortaliser ce moment fort.

DSCF8515

Enfin, pour en revenir au téléviseur de Laël, après de nombreuses recherches le nez dans les entrailles de l’objet, les bidouilleurs ont bien été obligés de constater que le temps et le matériel n’était pas suffisant pour vérifier tous les composants – trop techniques – et que, même si l’origine de la panne était décelée, changer le composant défaillant coûterait sans doute aussi cher que de racheter une nouvelle télé. Forfait est donc déclaré sur cette réparation…

Mais le « match » (s)lowtech est gagné « haut la main » cette après-midi, puisqu’au delà des expériences précédentes, l’après-midi a aussi été marquée par les bidouillages suivants:
– la carte de téléviseur par Jean-Pierre
– la connexion wifi d’un petit ordinateur par Titouan
– l’ordinateur de Sarah qui ne s’allume plus par Thibaud
– la prise pour charger le téléphone portable d’Anthony par Anthony, Jean-Pierre et Thomas,
– le saxophone midi de Maëlle qui ne produit plus de son, par Jean-Pierre et Thomas
– les enceintes de Patrick, par Patrick lui-même

DSCF8548

Un beau festival de bidouille et de détournement  !

Articles en relation
Categories