Création graphique et fablab : Papier / Machine

LES FABLABS, NOUVEAUX ESPACES DE CRÉATION GRAPHIQUE

Depuis 2012 et le lancement de la dynamique fablab à PiNG, notre association s’interroge sur les champs des possibles offerts par ces nouveaux ateliers en terme d’usages, de pratiques, de communautés, de transformations. Ce projet propose d’ouvrir les portes de notre atelier Plateforme C aux acteurs de la création graphique (illustrateurs, graphistes, sérigraphes, typographes, etc.) et d’explorer ensemble la question suivante : les fablabs nouveaux espaces de création graphique ?

Exploratrice associée : Yanaïta Araguas
Yanaïta Araguas est issue des Beaux-arts de Nantes. Après une formation de webmaster et de PAO, elle exerce comme graphiste free-lance. À Berlin où elle vit quelques mois, elle découvre le fanzinat et la sérigraphie qui lui permettent d’imprimer et de diffuser de façon autonome ses productions et de tendre un pont entre le dessin...
Les photos
Les temps forts
Résidence Janvier 2016

Du 18 au 23 janvier 2016, PiNG a rassemblé 6 créateurs graphiques ayant des pratiques expérimentales autour du papier, de l’auto-édition, de la production graphique au sein de Plateforme C. Ceux-ci ont eu carte blanche pour explorer leurs pratiques dans la nouvelle forme d’atelier que constitue le fablab.
(cliquez sur l’image pour accéder aux ressources)

Workshop Novembre 2018

Du 26 au 30 novembre 2018, des élèves de l’École de Design de Nantes ont travaillé sur la micro-édition autour du thème « Récits sensibles de la catastrophe environnementale ».

Résidence Septembre 2019

Du 9 au 13 septembre 2019, six artistes graphiques réunis en binôme ont travaillé autour de la thématique du livre objet.

Workshop Novembre 2019

Du 4 au 7 novembre 2019, 22 étudiant·es de l’École des Beaux-Arts de Nantes ont expérimenté les potentiels de création graphique du fablab, autour de la série et de la carte postale.

PAPIER/MACHINE s’articule autour des enjeux suivants :

EXPLORER

Les ateliers de type fablab proposent un panel d’outils assez divers, des plus classiques aux plus récents que sont les machines à commandes numériques (découpes laser, imprimantes 3D, CNC….). Cet équipement, somme toute assez nouveau pour un graphiste ou un illustrateur, lui offre dès lors diverses pistes d’expérimentation possibles pour créer autour du support papier. En utilisant les machines et les outils mis à disposition à Plateforme C, ils peuvent explorer de nouvelles façons de créer des supports graphiques, en inventer de nouvelles, en transformer certaines, en réaffirmer d’autres.

METTRE EN PERSPECTIVE

Tester de nouveaux procédés, de nouveaux modes de création permet aussi de mettre en perspective les outils et méthodes usités jusqu’alors. Entre la nouvelle et l’ancienne, quelle méthode se révèle être la plus intéressante ? Quelle valeur ajoutée ou non des outils numériques ? Par ailleurs, le choix de l’outil impacte forcément l’œuvre. Il s’agira également à travers Papier/machine de questionner l’impact de ces machines nouvelles sur la création artistique.

HYBRIDER

Le projet Papier/machine va se déployer au sein du fablab Plateforme C, un espace existant avec ses dynamiques propres et une communauté de pratiques déjà bien ancrée. Des frottements vont donc avoir lieu entre des personnes très ancrées dans la culture numérique, l’électronique, le bricolage et des personnes travaillant sur le support papier, forcément plus low tech, dont les pratiques sont au croisement de l’art, de l’artisanat, du design. L’idée derrière le projet Papier/machine est aussi de favoriser ces croisements et d’observer ce qu’ils peuvent produire, de favoriser l’hybridation des pratiques dans un fablab, de continuer à ouvrir ces espaces à d’autres communautés et formes de création. Ce souhait d’hybridation sous-tend également l’envie de sensibiliser davantage la communauté graphique à la culture libre et de l’inviter à interroger ses pratiques au regard de cette dynamique.

Categories