Histoire de l’Art + Numérique : rePENSER & reFAIRE

 

Juillet 2011, voilà un an que PiNG est engagé dans le projet REMAKE soutenu par le programme Culture, à l’initiative de l’association Atrak’Art et du festival Multiplace à Bratislava (SK), en co-organisation avec la Maison des Arts de Brno (CZ), la fondation Alt’Art à Cluj (RO) et The Lost Horse Gallery à Reykjavik (IS). Le principe : repenser les oeuvres d’art médiatique dans un environnement collaboratif (Rethinking Media Artworks in a C(K)ollaborative Environment) en s’appuyant sur des oeuvres pionnières de l’histoire de l’art numérique et en proposant à des artistes européens un travail de création visant à re-produire, ré-interpréter et re-contextualiser ces oeuvres. En 2012, une exposition itinérante rend visible la démarche et les oeuvres.

Ce projet entre recherche, re-création et pratiques curatoriales partagées, s’inscrit dans la continuité de Monoskop, recherche menée par Dusan Barok depuis 2004 sur l’histoire de l’art numérique en Europe de l’Est et Europe Centrale. Un travail considérable, accessible en ligne via un wiki, qui existera très prochainement sous la forme d’une publication.

Jusqu’à présent, deux rencontres préparatoires REMAKE ont eu lieu (Bratislava mai 2010, Berlin février 2011 à l’occasion du festival Transmediale). Nous nous retrouvons pour quelques jours à Reykjavik accueilli par Alex, artiste et fondateur de The Lost Horse Gallery, de double nationalité (américain – islandais), et qui n’est autre que le meilleur ami de Casper ‘Peter’ Electronics que nous avons accueilli il y a un mois pendant LABtoLAB@Nantes… (des boucles il y en a tant !).


Résumé des 3 jours / état des lieux des remakes en cours


Jour 1 : lundi 13 juillet

Première journée dédiée à la coordination du projet : évaluation des actions des uns et des autres depuis un an et timeline 2011/12.


Du côté de Bratislava,

Des conférences à l’Ecole des Beaux-Arts, un workshop kinect, et principalement l’organisation de l’édition 2011 du festival Multiplace sous le signe du « remake » via un appel à projet. Une sélection d’oeuvres et performances donne lieu à une exposition commissionnée par Katarina Gatialova et des événements publics.

Liste complète des artistes ayant répondu à l’appel et vidéos des œuvres retenues disponibles en ligne.

Entre autre – pour l’ouverture du festival – des propositions de : Derek Holzer (US) qui expérimente des formes de conversion d’univers graphiques en matière sonore ‘Eyes for Ears’ dans une pratique de l’électronique DIY des 60’s et documentation ; ou encore Gnd, Peter Gonda (SK) – que l’on avait accueilli en résidence à Nantes en 2006 et qui avait proposé un excellent travail d’archive de feu-Artik (squatt à Rezé) en réutilisant un vieux logiciel 3D – a proposé en duo avec Michal Cab un remake de l’oeuvre Dream machine de Brion Gysin sous forme de cut-up low-tech utilisant les signaux analogiques d’ondes tv, un clin d’oeil peu de temps avant l’arrivée de la télévision numérique en Slovaquie.


A Brno,

Barbora Sediva, happy member d’Atrak’Art, aujourd’hui en charge du programme d’actions culturelles à la Maison des Arts et toujours engagée aux côtés de Dusan Barok sur la publication Monoskop, a lancé de très belles actions au cours de l’année :

Un workshop de littérature électronique /remake d’oeuvres littéraires, ouvert aux étudiants des Beaux-Arts de Brno et mené par Zuzana Husarova (rencontrée en novembre dernier à Kibu, elle vient de boucler sa thèse Writing in Interactive Media. Digital Fiction et a rejoint le MIT pour y poursuivre ses recherches).

Un remake original, en forme d’hommage à une célébrité locale, Filip Standa, pionnier de l’électronique DIY en Tchèquie ayant oeuvré aux côtés de Woody Vasulka pour le développement d’une scène ‘nouveaux médias’ à Brno dans les années 90 et aujourd’hui enseignant à l’Ecole des Beaux-Arts de Brno, ses étudiants, nombreux à avoir été inspirés par son travail, appuyés par Vaclav Pelousek & Ondrej Merta, la plate-forme standuino et produisent lors de workshops, des cartes arduino-maison, autrement dit des clones de cartes arduino, le DIY du DIY !

Souligner également la contribution de Barbora à la programmation de Multiplace ainsi que l’ouverture d’un nouveau media lab – 4AM (forum for Architecture and Media) – espèce d’espace off dans la Maison des Arts de Brno, lieu d’accueil pour le 2è temps de résidence de Manuel Schmalstieg et ou se déroulera également un séminaire de 3j en octobre prochain sur le thème « Mémoire, Médias, Performance ».


à Cluj,

Remake de War of the worlds, roman de SF écrit en 1898 par le brittanique HG Wells, ayant fait l’objet d’une adaptation (lecture pour la radio) par Orson Welles en 1938. Au début de la radiodiffusion, cette lecture a bouleversé plus d’un auditeur, ayant cru à une réelle invasion martienne… Alt’art propose une performance en réseau autour de War of the Worlds dans le cadre de Multiplace. Une boîte noire est installée dans l’espace public à Cluj et simultanément à Bratislava, contenant un ordi et une connexion skype pour créer un espace sonore hybride jouant entre le son de la rue, ici et là-bas, et le mix en temps réel à Cluj d’un artiste développant un « son de catastrophe ».

Egalement un temps de développement et expérimentation autour de la kinect mené par Ishtan Szakats sous forme de workshop et temps de diffusion. Rarita et Ishtan nous distribuent un cd contenant l’ensemble de leurs projets/archives de cette année, notamment autour du projet Urban Samples – augmented reality performances (collecte d’histoires et d’images / mapping performance dans l’espace public) avec mise à disposition des softs.


à Nantes,

Poursuite du cycle de conférences et performances « art+numérique » en collaboration avec le Musée des Beaux Arts. Trois rendez-vous cette année avec pour fil conducteur la notion de remix : un déluge de performances et un public au rendez-vous. +d’infos, photos et vidéos sur renum.net et des reprises de ces performances à suivre à la rentrée…

Un événement public qui s’inscrit dans la programmation de Multiplace 2011 : la soirée de présentation du prototype DMA : Dispositif de Médiation Augmentée toujours en collaboration avec le Musée des Beaux Arts.

Envisagée dans un environnement collaboratif, nous accueillons Manuel Schmalstieg en résidence en octobre 2010, un an plus tard, il sera accueilli à la Maison des Arts de Brno, lieu d’accueil de l’expo REMAKE en 2012, afin de finaliser son travail sur place. Un effort de mise en réseau, en écho aux projets de résidences présentées lors de l’atelier « residency as a lab » pendant LABtoLAB, dont les réflexions se poursuivent (clien d’oeil à Nathalie Aubret, Pixelache, ayant récemment posté un article à ce sujet).


à Reykjavik,

La situation de crise financière ayant particulièrement affectée l’Islande, Alex a connu quelques difficultés à financer son projet de galerie-studio, et envisage à partir de la rentrée 2011, une nouvelle expérience : The Lost Horse Gallery, continuera d’exister… en Ukraine ! Néanmoins, Alex a eu l’occasion de collaborer à différents événements : MESSA, la première ‘alternative art fair’ en Islande en mai dernier ou en amorçant des collaborations avec l’Ukraine à travers le MediaDepo Festival.


Agenda 2011/12,

En terme d’activités développées par PiNG dans les mois venir, à suivre :

Résidence de l’artiste roumaine Lia Perjovschi (arts visuels/théorie de l’art) du 3 au 16 octobre dans la salle rouge du 38Breil transformée pour l’occasion en « info room » : espace d’investigation sur la place du remix dans l’histoire de l’art. Lire un interview de Lia dans l’excellent journal e-flux (découvert en Islande dans son format papier, des interviews en plusieurs ‘épisodes’ avec Julien Assange, Hakim Bey etc).

3j de rencontre préparatoire REMAKE avec les partenaires sur cette même période

Workshop de création collective du 21 au 27 novembre (appel à participants en cours), le remake développé intégrera l’exposition REMAKE qui aura lieu du 6 mars au 15 avril 2011 à la Maison des Arts de Brno et se déplacera ensuite, en partie, à Reykajavik et Cluj.



Jour 2 : Mardi 12 juillet

Rencontre avec la directrice de Nordic House dans les locaux de SIM (Association of Icelandic Artists, qui nous mis à disposition des appartements dédiés aux résidences durant notre séjour) puis visite de l’exposition Perspectives – On the borders of Art & Philosophy au Musée d’Art de Reykjavik commissionées par plusieurs curateurs. Ou l’on retrouve Margret Elisabet Olafsdottir, journaliste et curatrice indépendante, membre du réseau Pixelache Reykajavik qui était aussi présente à LABtoLAB@Nantes.

Après midi brainstorming : échange sur des œuvres et des artistes avec la curatrice slovaque Katarina Gatialova en vue de préparer l’exposition.

Soirée ‘last minute REMAKE’. Nous improvisons le soir-même un temps de présentation du projet et des partenaires suivi d’une discussion ouverte avec la scène artistique de Reykjavik. On est une petite vingtaine dans la galerie, soirée très agréable.


Mercredi 13 juillet

Matinée off pour tout le monde, finir quelques travaux en cours :prépaper le workshop Labster pour ISEA Istanbul à la rentrée et se lancer dans une veille sur les écritures numériques.

Après-midi de publication, mise en ligne des contenus PiNG en 2010/11, sur le site remakeme.eu puis échange informel sur la scène artistique local avec Margret Elisabeth Olafsdottir dans un café. Membre de LornaLab et Raflost, ces deux organisations collaborent pour organiser Pikslaverk tous les ans en mai. Ce festival est aussi membre du réseau de festivals d’art électronique Pixelache.


Jeudi 14 juillet

Dernier jour, day off. En profiter pour participer à une ‘libre visite guidée’, un projet nommé UngSaga (Young History) porté par deux étudiantes en histoire de l’art. L’histoire du pays étant en effet très récente (et les chiffres parlent d’eux-mêmes, l’île comptait 5 000 habitants en 1905, 40 000 en  1940, plus de 300 000 au XXIè siècle…) et ces deux jeunes filles se l’approprient pleinement. Ainsi la visite se boucle-t-elle sur la place Austurvöllur, celle qui a réuni les 3/4 des islandais à l’automne 2008 lorsque le système bancaire s’effondrait, annonçant une crise économique mondiale (sans précédent ?). En attendant, les touristes sont encore nombreux à venir trekker en été et se prélasser dans les sources chaudes. Terminer la soirée avec notre hôte Alex et un jeune artiste islandais Leo Stefansson (qui quelques jours auparavant travaillait encore pour MindGames, la nouvelle société islandaise, qui expérimente des ‘produits’ où le joueur contrôle le jeu par la concentration, MindGames recrute donc de brillants cerveaux…). Ce soir là, tous deux amorcent une première collaboration, un petit bijou d’installation-performance en vue de l’expo Remake.


[suite du feuilleton Remake en octobre]

Le projet REMAKE est soutenu par le Programme Culture 2007-2013 

Articles en relation
Leave a Reply

Categories